L’accompagnement des familles : un objectif majeur pour la RIVP

En cas de difficulté dans le paiement régulier de votre loyer ou des factures d’énergie, les locataires ont la possibilité de contacter le Service Relation Locataires au 01 56 61 11 11. Nos conseillers sont à l’écoute des locataires pour les aider et les orienter vers les bons interlocuteurs pour la poursuite de leurs démarches.

Chaque direction territoriale dispose d’un service des liaisons sociales qui accompagne au quotidien les locataires en cas de difficultés (demande d’aides financières, problèmes familiaux etc.).
Nos équipes sont présentes pour aider les locataires dans la prévention des impayés, dans l’élaboration de dossiers administratifs ou pour régler des troubles de voisinage par exemple. En lien avec les travailleurs sociaux et grâce à des partenariats externes, nous travaillons pour accompagner les populations les plus fragiles dans la construction de solutions pérennes.

Mes aides : un site idéal pour identifier les aides à solliciter

Par ailleurs, le site Mes-aides.gouv.fr vous permet de trouver en moins de 10 minutes toutes les aides nationales et locales que vous pouvez solliciter.
CAF, aide pour la mobilité, aides au logement ou pour la scolarité des enfants, vous avez la possibilité de contacter un grand nombre d’organismes pour vous permettre de retrouver une situation stable et sereine.

L’aide pour les victimes de violences conjugales

Formation des personnels, orientation des locataires victimes vers des associations et partenaires spécialisés ou proposition de mutation rapide et discrète pour les victimes en cas de plainte ou jugement judiciaire, la RIVP a mis en place une série de dispositifs afin d’aider les locataires victimes et les accompagner.
Si une personne est victime de violence, nous prenons par exemple contact avec des associations afin de trouver des solutions de relogement dans les meilleurs délais.

Parce que violence conjugale rime trop souvent avec perte du logement familial, la RIVP s’engage également à ne pas poursuivre les victimes de violences en cas de dettes de loyer.
Ces victimes sont souvent obligées de quitter le logement familial ce qui entraîne de possibles loyers impayés pour leur ancien logement toujours occupé par leur ex-conjoint.
En cas de dettes intervenues après leur départ, ces personnes sont déchargées de leur obligation au paiement des loyers et des charges, et à leur demande elles peuvent ne plus être liées au contrat de location.